Léa
Arnezeder

Léa Arnezeder est née d’une mère égyptienne et d’un père autrichien. Elle a grandi à Bali avant de rejoindre Paris à l’adolescence. Après avoir suivi des études de lettres, elle rejoint la célèbre école d'art dramatique Lee Strasberg Theatre Institute

 

À New York, Léa rencontre de nombreux artistes et commence à peindre des portraits. Elle couche alors sur ses toiles l’expression des visages et utilise la technique du dripping pour mettre en relief la forme d’une bouche, la tristesse d’un œil, la proéminence d’un nez, la force d’une mâchoire, la grandeur d’un front… Léa déconstruit le visage humain ; le manipule pour faire ressortir la beauté et le charme des traits indélicats. 

 

Son art évolue ensuite et se tourne vers l’abstrait. L’artiste se détache des apparences visibles pour faire rythmer les formes et les couleurs. Elle entretient un rapport désintéressé avec sa toile, obéissant à un ressenti spontané plus qu’à un objectif. Ses peintures assument la découverte d’un résultat imprévu. Des couleurs mêlées font apparaître des personnages de l’ombre ; des formes géométriques laissent découvrir des paysages ; les mouvements graphiques font jaillir des réalités invisibles. 

 

Ses tableaux sont exposés en Afrique du Sud, à Paris et à Berlin. Elle dessine également les affiches de films pour des productions américaines. Aujourd’hui, Léa se consacre essentiellement à l’art abstrait et cherche, à travers ses peintures, à confier une expérience visuelle au public libre d’interpréter ses œuvres.