Léandre Renoir

BIOGRAPHIE

Parisien dans l’âme, Léandre depuis tout petit montre un attrait inébranlable pour le monde de l’art, qui lui permis au fil des années de s’extraire d’une famille trop méprisante et violente à son égard. N’étant pas à sa place, il fit le nécessaire pour s’émanciper et se construire seul la vie qu’il voulait. Cela, le conduit par chance à Paris, où il fut accepter à l’Ecole des arts de la Sorbonne sur dossier. Passionné, il commence par une licence et continua en Master en art contemporain qu’il valida. Il posa comme modèle pour plusieurs photographes dont Erwin Olaf. En parallèle, son cheminement vers la peinture s’opérait ; l’on peut citer comme référence à son geste pictural tant Pierre Soulages, Hans Hartung que Georges Mathieu. Débutant par des couleurs vives dans ses premiers tableaux ; au fil de sa pratique : il apparait une évolution vers une certaine épure qui lui est chère. S’inscrivant ainsi dans une peinture forte de sens aux reliefs saisissants, il y prône constamment l’élévation d’esprit et une quête de la sagesse ; c’est sa catharsis tout simplement. 

Il a été expose à la Galerie Vivienne et à Saint Germain en Laye. Ses oeuvres sont présentes chez des collectionneurs à travers le monde : Etats-Unis, Suisse, France, Canada. 

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Ma démarche artistique évolue constamment ; le noeud de celle-ci est de proposer une certaine ouverture face aux diktats de la société actuelle. Il apparaît, suite à l’essor indéniable de la mondialisation un aveuglement de masse (comme l’a admirablement écrit José Saramago dans L’Aveuglement). Je pars d’un constat simple, dans la rue, la plupart des individus ont les yeux fixés sur leurs smartphones ; alors que bien souvent il suffit de lever les yeux pour voir un spectacle de toute beauté : le ciel. Ainsi, je m’inspire du ciel et de la lumière du soleil : essentielle à la vie. Le blanc, le doré et le bleu occupent par conséquent l’éventail des couleurs que j’aime utiliser. Bien entendu , j’use également de noir, d’argent et de gris car le ciel n’est pas toujours très clément : mais j’essaye de m’éloigner de cette noirceur, qui me rappelle mon passé douloureux ; car il serait trop facile et dangereux pour moi de retomber là-dedans. Au contraire, je désire et j’ai besoin d’aller vers cette clarté et cette lumière qui me sauvent et m’éloignent de mes nombreux démons.